JUSTICE A DEUX VITESSES

1
1815

Lundi 18 novembre 2019, résultat de quelques comparutions immédiates.

 

Le premier anniversaire des gilets jaunes a été marqué par de nombreuses interpellations. En ce lundi 18 novembre 2019, il est l’heure de la comparution immédiate pour une douzaine d’entre eux.

N’étant pas présente lors de ces jugements, j’ai demandé à Kévin Pinel et Chris de m’en faire un résumé.

 

Voilà une partie de ce qu’il s’est passé ce lundi.

 

⚫ Un manifestant a été jugé pour “port d’équipement” . Il avait un masque, des genouillères, deux paires de lunettes, des gants… la plaidoirie de son avocat s’appuyait sur le fait, que manifester était un droit et que ses équipements étaient juste des protections et que ce n’était en aucun cas synonyme de casseur. Il a pris 3 mois de sursis.

⚫ Un autre gilet jaune quand à lui, a pris 4 mois de sursis parce qu’une vidéo le montre en train de renvoyer un palet de lacrymogène à son envoyeur…

⚫ Un gilet jaune/BB qui a mis la pression à deux policiers au point qu’ils se retranchent dans une laverie, a pris 12 mois ferme. Il s’agissait de sa première condamnation.

 

⚫ Notre ami et citoyen reporter John a pris 3 mois de sursis parce qu’il a voulu défendre un camarade qui était en train de se faire interpeller. Je précise qu’il n’a commis aucun acte de violence.

⚫ Un papy en invalidité à 80 % et vivant avec seulement 630 € par mois, donc un homme dans une situation très précaire ; a été interpellé pour outrage. Le procureur lui a demandé « pourquoi vous manifestez si vous êtes invalide ? » et a ensuite demandé le placement en détention provisoire .
Son fils qui a voulu s’interposer au moment de l’arrestation de son papa a été jugé pour rébellion et violence sur les forces de l’ordre.

 

⚫ Une manifestante de 21 ans, connue par les services de police pour son appartenance au mouvement des gilets jaunes et fichée S, a elle aussi été jugée. Elle s’est fait repérer car elle filmait et photographiait les policiers devant les commissariats. Elle a relevé leur plaque d’immatriculation. Elle est allée jusqu’à suivre au moins l’un d’entre eux jusqu’à son adresse personnelle. Avec ses recherches, elle a composé « un fichier police » qu’elle postait sur les réseaux sociaux. La préfecture de police et le ministère de l’Intérieur étaient donc sur le qui-vive pour la retrouver. Le procureur a réclamé dix mois de prison ferme. Elle a finalement été relaxée.

A ce moment là, les personnes présentes dans le tribunal ont commencé à s’énerver.
L’un d’entre eux a dit « c’est inadmissible, il n’y a plus de justice dans ce pays » et a quitté la salle d’audience.
Une femme a commencé à s’emporter à son tour, elle a voulu s’exprimer avant que la police lui demande à elle aussi de quitter la salle. Ce qu’elle a refusé de faire. Un fonctionnaire de police l’a donc attrapé par le bras, ce qui a fait en sorte qu’elle s’énerve encore plus.
Un autre a voulu prendre la parole. Il s’est rajouté à la liste des personnes qui ont été sommées de se taire et de partir.
Une quatrième personne s’est énervée.
Puis une cinquième.
Finalement, tous, se sont mis à huer le procureur, les avocats et le juge. La salle a donc été évacuée. Mais le calme n’est pas revenu pour autant. Bien au contraire ! Au point même que les gens présents dans la salle d’audience voisine, sont sortis, pour voir ce qu’il se passait dans les couloirs du tribunal.
Les policiers, dépassés par les événements ont dû appeler des renforts pour procéder à un nassage. Les gilets jaunes se sont mis à chanter des slogans qui ont résonné dans les couloirs du Tribunal de Grande Instance de Paris.

 

 

Jeudi 21 novembre 2019, procès du policier qui a jeté un pavé lors de la manifestation du 1er mai 2019.

Cette fois-c, j’étais présente donc je vais pouvoir vous expliquer ce qu’il s’est dit dans la salle d’audience.

Tout d’abord, le prévenu est un fonctionnaire de la CRS 27 de Toulouse.
Lui et son équipe, venaient de remplir une mission vigipirate de 15 jours.

Il ne devait pas participer à la manifestation du 1er mai, mais à la demande du ministère de l’Intérieur ils ont dû accepter la mission de maintien de l’ordre ce jour-là.
Il explique à la barre que la journée a été très tendue et très violente. Son chef de brigade a reçu un pavé sur la tête. Pourtant équipé d’un casque de protection, il aura une fracture crânienne avec une plaie de 5 cm sur 2 cm, ce qui lui vaudra la pause d’une plaque. L’accusé s’est dit avoir été choqué, voir traumatisé par cette blessure. Il nous explique avoir voulu procéder à la mise en sécurité de son chef, sans succès.
Peu de temps après, un autre camarade policier se prend un projectile dans l’omoplate et tombe au sol. N’ayant plus de “munitions” à ce moment là, il explique avoir ramassé le pavé tombé proche de lui, pour le relancer sans vouloir faire de mal, mais en voulant simplement repousser la foule qui était tout autour d’eux.

Les vidéos de la scène ont été diffusées dans le tribunal. On a pu y voir très clairement la volonté et la rage de toucher quelqu’un avec ce pavé.
Lui, explique qu’il a jeté le pavé en zone neutre.
Le juge lui a donc fait part de son incohérence dans ses propos. Soit c’est un réflexe et dans ce cas on ne calcule pas vraiment le geste, soit le geste a été calculé et dans ce cas là, on ne peut pas parler de réflexe.
De mon point de vue, en ayant revu la vidéo, on voit très clairement un gros nuage de lacrymogène… donc ma question est : comment peut-il être sûre de ne viser personne, alors que la visibilité demeure nulle à deux mètres devant nous !?
Son avocat quant à lui, a plaidé le fait, que personne n’ait été blessé. Pas de victime, pas de problème.
Il nous rappelle (lui aussi), que la journée ayant été extrêmement violente, l’acte de son client est plus ou moins justifié. En tout cas s’il n’est pas justifié, il est compréhensible.
On nous rappelle aussi que ce fonctionnaire de la CRS 27, a été récompensé d’une médaille de bronze pour un acte héroïque en Corse lors de feu de forêt.
Nous entendons aussi les éloges faites par ses collègues de brigade.
Le commissaire chargé du rapport de cette enquête (enquête de 12 pages!), passe lui aussi à la barre, en expliquant qu’un lancé de pavé n’est pas un acte violent.

Le procureur a demandé 3 mois de sursis pour cette affaire alors que l’avocat, demande la relaxe. Le juge qui m’a paru très à l’écoute a décidé de rendre son jugement le 19 décembre en précisant que peu importe la sentence, dans tous les cas, les gilets jaunes comme les FDO, allaient contester cette décision.

Je pense vous avoir clairement fait la démonstration d’une justice à 2 vitesses dans ce pays des droits de l’homme.
Sommes nous censés faire confiance à cette justice ?
Je vous laisse juger par vous même…

Noémie.

LIVE DE GABIN, PROCÈS CRS QUI JETTE UN PAVÉ!

PROCÈS CRS QUI JETTE UN PAVÉ! Financement participatifVécu à besoin de vous !https://don.veculemedia.fr/

Gepostet von Vécu am Donnerstag, 21. November 2019

 

VERDICT PROCÈS DU CRS QUI JETTE UN PAVÉ !

VERDICT PROCÈS DU CRS QUI JETTE UN PAVÉ !Financement participatifVécu à besoin de vous !https://don.veculemedia.fr/

Gepostet von Vécu am Donnerstag, 21. November 2019

 

UN CITOYEN REPORTER AMÉRICAIN EN MISSION POUR VÉCU ARRÊTÉ ET CONDAMNÉ – DÉMONSTRATION D’UNE JUSTICES À DEUX VITESSES – avec Jonathan Hogrelius

UN CITOYEN REPORTER AMÉRICAIN EN MISSION POUR VÉCU ARRETÉ ET CONDAMNÉ – DÉMONSTRATION D'UNE JUSTICES À DEUX VITESSES – avec Jonathan Hogrelius

Gepostet von Vécu am Donnerstag, 21. November 2019
Article précédentUN CITOYEN REPORTER AMÉRICAIN EN MISSION POUR VÉCU ARRÊTÉ
Article suivantABBE PIERRE ALIAS HENRI GROUES
Noemie
Bonjour à tous, Maman en colère de 32 ans, vivant dans le sud, je suis rédactrice chez vécu. J'ai découvert vécu à travers les lives de Gabin dès le début du mouvement Gilet Jaune. Ne supportant plus la propagande des médias mainstream depuis des années et ayant un fort besoin de m'exprimer, j'ai décidé de prendre en main l'information et donc d'écrire des articles moi aussi sur des moments vécus. J'espère qu'ils vous plairont. N'hésitez pas à me contacter. Noémie, ©itoyenne Reporter pour Vécu !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici