Rassemblement coup de poing contre les violences conjugales

0
471
23 novembre 2019.
credit photo #Noustoutes
Manifestation du 23 novembre 2019 – Paris
Une vague violette se répand sur l’hexagone. Petit rappel : Pourquoi cette date ? C’est simple, le 25 novembre est la Journée Internationale des Violences faites aux Femmes ; il était donc logique que ce samedi soit dédié à cette cause. C’est le collectif #noustoutes qui a donné l’élan à ces marches annuelles depuis juillet 2018. Lorsque la parole s’est libérée sur les réseaux sociaux par le biais de #MeToo et #Balancetonporc, ce collectif à pris naissance, puis ampleur dans le monde entier (Chili, Espagne, Corée, Argentine …). En France, plusieurs collectifs s’emparent de la cause et organisent cette marche, une des figures qui rassemblera le plus autour du Hashtaag est Caroline de Haas, Secrétaire générale des étudiants de France, militante féministe active. Depuis hier, le collectif confirme “C’est la plus grande marche de l’histoire de France contre les violences sexistes et sexuelles”. Le premier décompte est à l’instant T de 150 000 participants sur le territoire national dont 49 000 à Paris.
Si cette marche rassemble tant, c’est que les chiffres sont accablants, depuis le 1er janvier 2019 : 137 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, 220 000 femmes ont déclaré des violences sexistes et/ou sexuelles, 93 000 ont été à ce jour victimes de viols, 21 enfants sont morts en co-victimes et 11 hommes ont été tués par leur conjointe. Ces chiffres sont officiels, l’on ne peut dénombrer celles et ceux qui se taisent, qui disparaissent, qui se terrent.
crédit photo #Noustoutes
Manifestation du 23 novembre 2019 – Paris

 

Pour ma part, hier je me suis rendue à Montpellier, nous étions près de 3000 (source #noustoutes).

Le rendez-vous était donné Place de l’Europe et appelait à converger avec les Gilets Jaunes dont le rendez-vous est lui, d’emblée prit le samedi. L’atmosphère était très pesante et silencieuse, un happening artistique impressionnant avait été organisé sur un par terre. Des hommes, des enfants, des femmes enceintes, des adolescents se rassemblaient petit à petit. Plusieurs collectifs étaient aussi présents : le Collectif National des droits des femmes, le Planning familial, Osez le féminisme…Beaucoup étaient inquiets qu’une répression sauvage s’en prenne au cortège qui s’est mit en marche à 14h00. Très à l’affût et devenu plus festif, le rassemblement s’est amplifié jusqu’à la redoutée convergence avec les Gilets Jaunes. Pour beaucoup de Gilets Jaunes, cette cause est aussi la leur. Beaucoup de femmes ont, elles, découvert la violence à travers leur engagement depuis un an par les forces de l’ordre. Dans un climat plutôt tendu mais solidaire, nous avons tous avancé vers la Place de la Comédie, l’escorte policière ne s’est pas montrée. Il aurait été compliqué pour eux, qui ne montre pas l’exemple, quand impunément ils s’en prennent aux femmes depuis des mois, de justifier leur présence.

Très vite la marche s’est avérée être une marche contre les violences tout court, bien que, restant concentrée sur celles qui n’étaient plus là pour prendre la parole. En fin de marche, tous et toutes se sont assis et ont écouté silencieusement l’énumération des prénoms des victimes. La revendication est simple et unique : l’état doit débloquer 1 Milliard d’Euros pour cette cause. Rappelons que notre Président s’était engagé en promesse de campagne d’en faire une priorité. Bilan : tout reste à faire.

Au même titre que la célébration de la journée de la femme le 8 mars ; le 25 novembre (relayée au samedi 23 cette fois) ne peut se contenter d’une date unique mais d’une sensibilisation au quotidien.

Pas une de plus, c’est le mot d’ordre.

Sachez détecter un SOS : Point noir dans la paume de la main. Pour plus d’information cliquez sur ce lien : https://www.lepointnoir.com/

Cet hymne a été créé en 1971 par des militantes féministes.Il est devenu le symbole et l’emblème de toutes les luttes contre les violences faites aux femmes. Réactualisé avec des photos de la manifestation du 23/11/19.

 

Témoignage poignant de Lydia

.. 17 ans en ENFER, violences psychologiques pendant des années avant d’arriver à la violence physique… Il m’a coupée de tout petit à petit, famille, amis, travail … A titre d’exemple, il me forçait à m’asseoir sur une chaise toute une nuit durant (processus régulier) , interdiction de dormir , m’accusant de choses odieuses comme de tourner des films pornos avec les voisins en aiguisant un sabre devant moi… Si je répondais il me menaçait de me trancher la gorge , si je me taisais il disait que mon silence était un aveux , jetée de voiture en pleine accélération , étranglement à plusieurs reprises et décollée à 1 mètre du sol… Le lendemain j’étais à l’hôpital car tous les muscles de mon corps s’étaient paralysés par la peur, il a tué mon chien devant moi et mes fils , il m’accusait des crash d’avion dans le monde alors je me réfugiais sous la table de la cuisine me barricadant avec toutes les chaises… Violée pendant 11 années, jusque sur mon lit d’hôpital car j’ai somatisée de nombreuses fois ma douleur psychologique …j’ai appelé les secours, qui n’ont rien fait , les services sociaux m’ont dit que mes enfants et moi même étions en danger de mort que si je ne le quittais pas sous 48h ils m’enlevaient mes enfants mais n’avaient aucune place en foyer d’hébergement … Je l’ai quitté une première fois mais là aussi au bout de 3 semaines en hébergement d’urgence si je ne trouvais pas de quoi me loger on me les retirait d’où mon retour près de lui car je tenais plus à mes enfants qu’à ma propre vie. Puis un jour plus rien ne vous atteint alors il s’en est pris à mon fils aîné , je suis partie sans rien , ni savoir ou aller lorsque mon second fils me dira que mon aîné s’entraîne au sabre la nuit (il avait 13 ans) et lorsque je lui pose la question , me répond “je vais le tuer maman sinon il t’aura tué avant la fin du mois ” alors que moi même je cherchais depuis 1 mois comment le tuer j’ai compris qu’un drame allait se dérouler… J’ai échafaudé un plan avec mes 2 fils aînés, mon dernier n’ayant que 4 ans et 48h nous sommes partis , sans rien en 3 minutes chrono , sans même savoir où aller , ça fait 14 ans .. 14 ans que je suis revenue à la vie, mais j’ai pris perpétuité car il n’y a pas d’ex victime car nous sommes victimes à vie. Lydia…

Article précédentManifestation contre les violences faites aux femmes
Article suivantRassemblement pour sauver les derniers étudiants de Poly U
maudmargainaud
Passionnée et engagée, je suis toujours en quête de vérité. A l'écoute du mouvement des Gilets Jaunes depuis sa naissance, j'ai immédiatement été saisie par les mensonges des médias et ai souhaité participer au rétablissement de la vérité et la transmission d'informations réelles. Rejoindre Vécu a été pour moi l'opportunité de travailler au sein d'un média citoyen et indépendant dont l'éthique est irréprochable et coordonnée à mon système de valeurs. A travers des articles et des lives je tente de partager avec vous mon regard le plus impartial et militant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici