Situation au Chili

0
557
A l’instar des Gilets Jaunes, qui, le 17 Novembre 2018, démarraient un mouvement de contestation lié à l’augmentation du prix des carburants ; le 18 Octobre 2019, à l’appel des étudiants, les chiliens se fédèrent, en manifestant pour protester contre la deuxième augmentation du prix du ticket de métro.
Les manifestations du Chili deviennent rapidement des émeutes violentes entre manifestants et forces de l’ordre.
Le Président du Chili déclare la guerre à son peuple et lance 10 000 soldats face aux manifestants, afin d’étouffer la révolte sociale.
Tire à balle réelles, centre de détention improvisé, sans contrôle,
où des tortures et viols seraient commis par les militaires selon des sources locales.
(Ce qui ne c’était pas vu depuis la fin de la dictature sous Pinochet en 1990).
La répression devient extrêmement sanglante et après avoir soutenu un bilan de 7 morts, Karla Rubilar gouverneur de Santiago, révise à la hausse, le lourd bilan de 11 morts.
Ce 23 Octobre 2019, nous savons que le bilan est de 18 morts, dont un enfant de 4 ans.
Le 24 Octobre le Président Pinera présente ses excuses au peuple..
Malgré cette répression sanglante, le peuple Chilien continue à protester avec détermination en réclamant plus de justice sociale.
SITUATION AU CHILI

A l’instar des Gilets Jaunes, qui le 17 Novembre 2018 démarraient un mouvement de contestation lié à l’augmentation du prix des carburants, le 18 Octobre 2019, à l’appel des étudiants les chiliens se fédèrent en manifestant pour protester contre la deuxième augmentation du prix du ticket de métro.Les manifestations du Chili deviennent rapidement des émeutes violentes entre manifestants et forces de l’ordre.Le président du Chili déclare la guerre à son peuple et lance 10 000 soldats face aux manifestants afin d’étouffer la révolte sociale.Tire à balle réelles, centre de détention improvisés sans contrôle ou des tortures et viols seraient commis par les militaires selon des sources locales. (Ce qui ne c’était pas vu depuis la fin dictature sous Pinochet en 1990)La répression devient extrêmement sanglante et après avoir soutenu un bilan de 7 morts, Karla Rubilar gouverneur de Santiago révise à la hausse le lourd bilan de 11 morts.Ce 23 Octobre 2019, nous savons que le bilan est de 18 morts dont un enfant de 4 ans. Le 24 Octobre le Président Pinera présente ses excuses au peuple..Malgré cette répression sanglante, le peuple Chilien continue à protester avec détermination en réclamant plus de justice sociale.Az pour Vécu

Gepostet von Vécu am Donnerstag, 24. Oktober 2019
Article précédentÉmeute à BARCELONE !
Article suivantChili “Unis à l’Unisson”
Aziane
Aziane, ou Az... J'ai intégré Vécu quasiment depuis sa naissance. Participer à la diffusion de l'information Citoyenne à travers un média libre et indépendant est un engagement personnel allant dans le sens de l’intérêt général. La philosophie humaniste et universaliste de Vécu est en accord avec mes valeurs. Mes missions au sein de Vécu touchent à la modération, la rédaction d'articles et quelques montages vidéos. Depuis des mois au côtés de Gabin, nous avons développé une véritable relation de confiance et œuvrons en toute transparence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici